Kings of the Night


 

Partagez | .
 

Sur la route- Eldraz-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
This is who I amavatar
Arthur Beaumont
Admin


Messages : 82
Date d'inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Sur la route- Eldraz-    Lun 10 Mar - 17:13

La neige est tombée cette nuit et tout le parc de l'école est recouvert d'un manteau blanc. Je trouve ça tellement beau. J'aimerais beaucoup pouvoir marcher dans la neige quand je suis sous loup, mais je reste toujours chez la directrice, parce que je n'ai pas envie qu'il arrive quoi que se soit, même si je prend le tue loup, on ne sait jamais. Je préfère que les autres élèves, ne voient pas des traces de pattes dans le parc et qu'ils commencent à paniqués. La directrice m'en voudrait beaucoup. En attendant je marche dans le parc sentant la neige crissé sous mes pieds. Il ne se passe pas un jour depuis que j'ai rencontré cette fille qui ne parle pas où je ne pense pas à elle. J'ai eu l'impression que le courant passait bien entre nous, mais je préfère rester tout seul comme toujours. Charlie me dit souvent que j'ai tort et que je devrais m'ouvrir aux autres, mais je n'arrive juste pas à m'imaginer entouré de gens et à devoir sans arrêt mentir pour leur justifier mes absences répétés. Je n'ai pas envie qu'ils se posent des questions, d’où le fait que je reste seul la plus part du temps. Je connais bien sur quelques personnes. Je ne suis pas non plus un véritable Hermite, non je parle quand on me pose des questions auxquelles je peux répondre, mais je ne m'attarde jamais trop longtemps, de peur qu'ils commencent à voir mon stratagème et qu'ils comprennent tous que je suis différent.

Je n'ai pas cours tout de suite, il me faut attendre une bonne heure avant d'aller à mon cours de piano. C'est ça qui est bien ici, je suis certain qu'en Angleterre ils n'ont pas des options aussi cool que les nôtres, certains trouvent ça snob, comme pour tout de toute manière, il y aura toujours des gens pour se plaindre. En tout cas, en attendant mon premier cours de la journée, j'observe le paysage profitant du calme matinale. Il n'est que huit heure après tout, certains doivent encore dormir, comme Charlie d'ailleurs, d'autres sont déjà en cours où déjeunent à l'internat, moi je marche ver l'école profitant de ce moment comme chaque fois. J'entends des pas derrière moi, mon oreille est plus fine qu'avant à cause de mon côté loup, du coup j'entends souvent plus de chose que les autres, surtout des petits détails comme la respiration de cet étudiant qui marche derrière moi. Je me retourne pour voir Eldraz. Je lui souris, c'est un camarade de chambre et de classe aussi. Il doit être l'un des rares à qui je parle et que je considère comme un ami.

"Hey salut El', tu vas déjà en cours?"

Je me suis rendu compte trop tard que c'était une question stupide. On était dans la même classe, alors forcément qu'il allait en cours, mais au fond on ne commençait que plus tard, mais peut-être qu'il avait son option en même temps que moi, ce qui expliquerait qu'il marche vers l'académie, cela dit je ne me souvenais plus du tout quel option il avait pris.

_________________

I can understand how when the edges are rough And they cut you like the tiniest slithers of glass And you feel too much And you don't know how long you're gonna last,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
This is who I amavatar
Eldraz Enry Blissgard



Messages : 24
Date d'inscription : 16/02/2014

MessageSujet: Re: Sur la route- Eldraz-    Mer 12 Mar - 17:19

Sur le chemin

« En peu de temps parfois on fait bien du chemin. »
Molière









Comme si  tout ces cauchemars incessant qui ne me permettaient pas de faire une seule nuit complète depuis la mort de ma mère ne suffisait pas, il fallait en plus de cela que la neige soit tombé sur l’école comme ce jour là. Ce jour où j’ai perdu beaucoup. Où j’ai en fait tout perdu. Ma mère, mon seul appuie, ma maison, mon foyer, et tout l’amour que pouvait me porter ce monde. Je portais le deuil pendant les jours comme celui-ci. J’avais appris à faire la part des choses, bien sûr, le temps ne fais pas oublier mais il vous aide à vous habituer. Avec les jours qui passent, la douleur s’atténue. Pendant les premiers temps, tout était devenu très sombre autour de moi. Mais une fois arrivé en France, j’avais retrouvé goût à la vie. En ce temps là, tout avait un goût plus fort, une saveur différente, particulière et intense. Maintenant, la vie avait repris un cours que les gens qualifieraient de « normal ».
Ce matin là, je me dirigeait vers l’école. Je savais qu’Arthur venait de partir, j’étais allé dans notre dortoir et ses chaussures n’y étaient plus alors que pour une fois, il avait dormi là. Arthur est quelqu’un de bien. Je l’apprécie beaucoup. C’est comme un frère pour moi, alors ce matin là, quand j’avais constaté la disparition de son manteau et de ses chaussures, j’avais enfilé mes bottes et les avait lassées en un coup de baguette. J’avais ensuite pris ma cape dans l’armoire. Cette cape est un grand symbole pour moi, je la porte quand il neige, pour porter le deuil.  Elle couvre mon corps entier et possède un énorme capuchon doublé du rouge sang le plus profond que l’on ai jamais vu, tellement intense qu’il en assoifferai un vampire. Cette couleur était un souvenir, celui du sang de ma mère, rependu devant moi sur la neige. Un des deux seuls souvenirs dont je me souvienne de ce jour là. Le sang et le pelage.. Deux images qui me hantent chaque nuit.. Et qui me réveille toutes les nuits plusieurs fois. Je suis certains qu’Arthur sait pour mes mauvais rêves. Mais je n’ai jamais osé en parler, même si je sens le besoin de lui en parler.. Surtout en ce moment.. A la veille de mon anniversaire, ce jour où tout a basculé..

Malgré tout, je trouve ce paysage monochromé magnifique. L’immaculé du sol lui donnes des airs d’infini à coté de ce ciel incolore. C’est aussi l’une des raisons pour laquelle j’aime me lever tôt. Les gens préfèrent dormir mais avec mes nuits difficiles, je préfère aller regarder le levé du soleil sur l’immensité opaline et vierge de toute trace. Je vois Arthur quelques mètres devant moi. Il a son option me semble-t-il. Il est musicien lui aussi. J’avais mon violon sous ma cape, je voulais aller réviser un peu avant mon cours. Les gens trouvais que le violon c’étais hautain et difficile. Surement parce qu’ils ne savent pas en jouer. Oui c’est difficile, mais avec un peu de travail, et de pratique on fini par réussir sans trop de difficultés. Je me dépêchais pour rattraper mon confident.
Il semble m’avoir entendu car il se retourne, pourtant je suis silencieux, Arthur est parfois différent de la moyenne du commun des mortels. Certains de ses sens sont très développés. Il est souvent distant avec la plupart des gens, mais pas avec moi. Je me pose pas mal de questions sur ce qui le pousse à agir ainsi et à être si souvent absent, mais je ne demande rien, je préfère m’inquiéter pour lui en silence plutôt que d’être indiscret. Peut être me dira-t-il un jour quel problème il a. Le temps nous le dira. Alors, quand il me lance « Hey salut El', tu vas déjà en cours? » Je ne peux m’empêcher de sourire et d’acquiescer.

J’étais content de pouvoir partager un moment avec lui. Je l’aime beaucoup. « Je voulais réviser mon violon un peu avant le cours, mais si tu es à, ça change toute la donne, je préfère passer du temps avec toi. Sauf si tu as quelque chose de prévu ou que tu n’en a pas envie, je ne t’oblige à rien. » Lui dis-je en arrivant vers lui et en lui tendant la joue pour lui faire la bise. Je crois qu’au fond, j’avais besoin de ce moment avec la personne qui était aujourd’hui devenu comme ma famille. J’avais le sourire. C’était d’ailleurs étrange à la veille de l’anniversaire de la mort de ma mère. Au fond, je crois qu’il est mon seul vrai soutient. Ce serait sûrement le seul à savoir comment réagir demain. Alors que les autres seraient tous gênés et baisseraient les yeux en me faisant un sourire tordu par la l’embarras, lui saurai me réconforter et me remonter le moral en me faisant penser à autre chose sans m’en parler, il m’en parlerait probablement, un petit mot, une pensée pour elle comme il le fait tous les ans quand je prends un petit temps de recueillement, il est à mes cotés tous les ans, et en cela, c’est vraiment le meilleur de mes amis, peut être est-ce mon Ami.






©Younaka

_________________
Eldraz Enry Blissgard
I ask her few questions, sometime she answer, sometimes she cry silently.. She trust me the past, she reveal me the present and she give me the key of our future. Each night is a page. Each Life is a book..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
This is who I amavatar
Arthur Beaumont
Admin


Messages : 82
Date d'inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: Sur la route- Eldraz-    Lun 17 Mar - 16:27

Eldraz avait l'air surpris que je me retourne, j'ai simplement souris pour le saluer. J'ai l'habitude que les autres me trouvent un peu étrange, je m'y suis toujours fait, mais je commence à en avoir assez de tout ça, si seulement je n'avais pas été mordu par ce fichu loup. J'aurais une vie bien plus simple. Enfin c'est ce que je me dis, mais au fond, je ne sais pas où j'en serais, se serais peut-être pire, je n'aurais peut-être jamais connu Charlie, là n'est plus vraiment le moment d'avoir de remords, cela fait trop longtemps que je suis loup-garou, j'ai appris à m'y faire. J'avais presque oublié qu'il jouait aussi d'un instrument, le professeur de musique nous fera peut-être un cours commun qui sait. J'ai haussé les épaules lui montrant que ce n'était peut-être pas ça.
" Ou alors le professeur nous fera cours en même temps qui sait, peut-être qu'on aura seulement un de ces cours de solfège, c'est ce que j'aime le moins dans l'apprentissage de la musique je dois dire, mais pourquoi pas."
Le reste de sa remarque me fit sourire encore une fois. J'aurais vraiment aimé passer du temps avec lui, histoire d'avoir quelqu'un à qui parler comme je l'avais souvent fait, mais je n'avais vraiment pas le temps mon emploi du temps à l'air tellement surbookée que je ne sais même pas comment je fais pour prendre une pause déjeuner. Entre les cours obligatoire et les options je n'ai pas tellement de temps pour moi, c'est mon avant-dernière année et je n'ai pas envie de raté mes cours, je veux être au top pour être parmi les meilleurs. J'ai envie de pouvoir faire ce que je veux après mes études, que rien ne m'empêche de faire ce don j'ai envie, et ceux même si j'ai un peu défaut, personne ne pourra m'empêcher d'avance, évidement j'aurais des doutes comme tout le monde, mais je réussirais. L'expression de mon visage montrait que j'étais désolé, j'ai fini par lui dire :
" J'aurais adoré sincèrement, mais je n'ai qu'une pause après le cours de musique et j'avais prévu d'aller à la bibliothèque après. J'ai des devoirs à terminer, j'ai l'impression d'être débordé depuis la rentrée, sans doute que se sera pire l'an prochain, mais pendant qu'on marche vers l'école, je suis tout ouïe, y a un truc qui te tracasse? Tu as l'air un peu ... je ne sais pas, déprimé ?"
J'avais une petite idée de ce qui pouvait le tracasser, mais je préférais ne pas m'avancer, j'ai surtout envie qu'il me parle de lui même, comme je le faisais lorsque quelque chose n'allait pas. On commence à bien se connaître lui et moi après trois années passé dans le même dortoir. Certains liens se créent lorsqu'on passe du temps dans la même école, lorsqu'on vit avec des gens que l'on croise sans arrêt, je dirais même plus que c'est tout l’intérêt d'une école et de l'internat, c'est ce qui m'a plut lorsque j'ai appris que je viendrais ici, puis loin de ma famille je me sens tellement plus à l'aise, tellement plus à ma place ici que chez moi où l'on m'a toujours considérer comme un monstre.

_________________

I can understand how when the edges are rough And they cut you like the tiniest slithers of glass And you feel too much And you don't know how long you're gonna last,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
This is who I amavatar
Eldraz Enry Blissgard



Messages : 24
Date d'inscription : 16/02/2014

MessageSujet: Re: Sur la route- Eldraz-    Jeu 20 Mar - 21:15

Je ressens souvent l’envie de me confier, j’ai beaucoup de mal à parler de ce qui s’est passé pour mes parents. A vrai dire, je ne parle jamais de mon enfance à qui que ce soit. Même à Arthur je n’en ai as parlé alors qu’il est mon confident. Tout ce qu’il sait c’est que ma mère est morte le jour de mon anniversaire, il ne sait ni comment, ni quel âge j’avais.. J’ai très envie de lui en parler, surtout qu’il doit se poser des questions. En fait, pour lui, je n’ai pas de vie avant d’arriver à Paris, chez mon oncle. Ca doit paraitre étrange de l’extérieur, quelqu’un qui ne parle de rien lorsqu’il s’agit de l’enfance. Et si je ne lui ai jamais paré du décès de ma mère, alors je suis certain de n’avoir jamais évoqué mon père. Dès que quelqu’un parle de son père en cours, je me referme et les larmes coulent de colère le long de mes joue sans que mon visage n’exprime quoi que ca soit. Je reste là, à déverser de la colère liquide.

Ce cours de musique matinal m’aidait beaucoup à m’exprimer et à faire sortir ce que je ressentais, seulement ce matin c’était solfège.. Le fait qu’Arthur soit là rattraperait sûrement l’ennuie qui pesait dans et enseignement.
« Je suis désolé de te décevoir mais ce matin c’est solfège.. Quand j’y suis j’ai l’impression d’entendre les gens s’ennuyer, comme si l’ennuie se personnifiait.. On aura qu’à se mettre à côté si tu veux, ça passera plus vite. »
Dis-je dans un sourire.

J’avais la chance d’avoir de grandes facilités pour l’apprentissage, autant en théorie qu’en pratique et cela me permettait d’avoir du temps libre malgré mes deux options. A vrai dire, je crois que les seules matières que je travaillais vraiment étaient justement mes options.. La musique et la danse, le reste entrait dans ma mémoire comme l’eau entre dans une éponge. Chaque petite pause me permettait donc d’avoir du temps pour profiter un peu de ce que la journée pouvait m’offrir. Depuis la mort de ma mère, je choisissais chaque jour, chaque soir plus précisément un moment de la journée qui m’avait marqué en bien. Ca pouvait être n’importe quoi, d’un cadeau à l’ouverture d’un bourgeon ou encore le sourire d’un beau jeune homme. C’était un exercice qui me permettait de positiver, j’écrivais touts les soirs, mon petit moment de bonheur de la journée. Parfois j’aidais mes amis à apprendre ou à réviser ou a faire les choses qu’ils n’avaient pas forcément le temps de faire – pas leur devoirs – comme des achats ou des rendu de livres à la bibliothèque. Juste histoire de les décharger un peu.
« Eh bien, si tu veux je peux t’aider à faire tes devoirs, ou simplement te rendre un servie de sorte que tu sois moins surbooké. » Avais-je proposé à Arthur, gentiment, il acceptait parfois et cela me faisais particulièrement plaisir d’aider les gens. En plus ça m’aurai permis de passer un peu de temps avec lui, ce qui était plus que positif et bénéfique pour moi. La nuit prochaine allait être horrible et je le savais. En générale, Arthur venait veiller à côté de moi. Soit il s’asseyait à coté de moi et me berçait quand un cauchemar arrivait, soit il me prenait dans ses bras en dormant, soit, dans le pire des cas nous restions tout deux éveillés afin que je puisse éviter totalement que mes rêves me hantent. C’était quelqu’un de bien. De bon. Je n’avais jamais rien demandé pour qu’i fasse cela, mais il avait toujours été là pour moi. C’était bien plus qu’n ami. Un frère. C’est le mot.

« Eh bien Je suis fatigué, mes cauchemars empirent de jour en jour, je n’ai presque pas dormi la nuit dernière, j’ai passé le temps en dessinant. Mais bon, à force, quand tu fais le même rêve et qu’il te hante chaque nuit depuis dix ans, tu fini par t’habituer à la fatigue du lendemain. Et puis Demain c’est mon anniversaire alors je ne suis pas très joyeux tu sais. »
Le lendemain, je n’irai pas en cours, je passerai ma journée dans le dortoir. Peut être Arthur resterait-il avec moi. Du moins il restera une petite heure, comme à chaque fois, au minimum. J’aurai voulu qu’il reste avec moi demain, mais il avait sûrement mieux à faire. En tout cas, il était hors de question que je le lui demande. Je ne pouvais pas forcer quelqu’un à rater les cours pour moi. Je n’étais pas important.

_________________
Eldraz Enry Blissgard
I ask her few questions, sometime she answer, sometimes she cry silently.. She trust me the past, she reveal me the present and she give me the key of our future. Each night is a page. Each Life is a book..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
This is who I am
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la route- Eldraz-    

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur la route- Eldraz-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cormac McCarthy, La route
» FORSTER sans Ivory: A Passage to India (La Route des Indes)
» [News] Barres anti-roulis pour une meilleure tenue de route
» [diorama] Garage CITROËN de la route de Colmar
» Jack Kerouac - Sur la route et autres écrits

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kings of the Night :: BeauxBâtons :: Alentours-